Retour à On a tous le même soleil

L’histoire de Dominique

Génèse du projet

Infirmière de métier, elle s’est de tous temps occupée de personnes handicapées dans son activité professionnelle. Elle a toujours été attirée par les activités sportives assez extrêmes. En effet, elle faisait de l’escalade, de la spéléologie, de l’alpinisme et des randonnées en montagne. En 1986, elle a réalisé l’ascension du Jbel Toubkal dans le Haut Atlas au Maroc qui culmine à 4167 mètres. En rentrant en France, elle s’est promis de faire avant ses 40 ans l’ascension du plus haut sommet africain, à savoir le Kilimandjaro, afin de voir ses neiges !
Le temps a passé, et les projets aussi… A l’âge de 35 ans à la suite d’erreurs médicale et trois mois de coma, tétraplégie, dialyses, transplantation rénale en 2003… Puis le handicap … Il a fallu qu’elle ré-apprivoise ce corps abîmé et qu’elle lutte pour récupérer un peu de mobilité… Beaucoup de rééducation dans des Centre Rééducation Fonctionnelle (R. Point Carré de Garches, Kerppape à Ploemeur, Centre Hélio Marin de Vallauris) et de nombreux efforts pour tenter de récupérer un maximum d’autonomie. Finies les randonnées, mais surtout pas certaines activités ! Avec un optimisme sans faille, un moral à toute épreuve et une envie de croquer la vie à pleines dents, elle a réussi à surpasser son handicap. La reprise des activités sportives, avec de l’handi plongée, du fauteuil tout terrain, du parapente…
Afin de retrouver l’envie de toujours faire comme avant, elle est devenue membre de l’association des Paralysés de France de la délégation des Alpes Maritimes. Elle est à l’initiative du Festival du court-métrage, « Entr’2 Marches », qui se déroule à Cannes pendant le Festival du Film. Ce voyage en Tanzanie sera notamment l’occasion de ramener un court-métrage.
Les années ont passé et la joëlette a remplacé ses jambes pour continuer des randonnées solidaires en France (Parc du Mercantour, Auvergne, Cévennes, Pyrénées…) mais aussi à l’étranger (Sahara au Maroc, île de la Palma aux Canaries…). En octobre 2010, au cours d’une randonnée en Pays Cathare avec l’association UMEN avec qui elle part souvent en séjour. La joëlette roule dans la neige et elle parle de son rêve de jeunesse… Le Kilimandjaro la fait toujours rêver, cette idée ne l’a jamais vraiment quittée… Pourquoi ne pas tenter l’ascension en joëlette ? Pascal et Cécilia, pilotes de sa joëlette, sont emballés par cette aventure. Pascal partage en effet ce rêve depuis longtemps et Cécilia est toujours partante pour des projets un peu « fous ». Il n’en fallait pas plus pour faire renaître un espoir !

Dominique Veran

De retour à la maison, elle a effectué quelques recherches sur internet au sujet de groupes ayant effectué l’ascension du Kilimandjaro. Elle a revu des images d’un groupe de personnes en situation de handicap filmées par des caméras de TF1. Trop médiatique pour elle ce reality show…. Puis elle a trouvé l’association « Mon p’tit loup » créée par Dominique Lerigoleur qui avait emmené son fils, Infirme Moteur Cérébral, pique-niquer au sommet du Kilimandjaro, comme dans la chanson de Pierre Perret. Une superbe aventure humaine et apparemment l’ascension du Kilimandjaro en joëlette est tout-à-fait possible !
Dominique a envie de partager l’aventure avec d’autres personnes porteuses de handicaps, afin d’échanger sur les sensations éprouvées et savourer ensemble les difficultés surmontées. Il n’en fallait donc pas plus pour qu’elle imagine un voyage en étant accompagnée d’une personne déficiente visuelle et d’une personne malentendante, ainsi que de personnes valides pour l’aider à monter et réaliser ce projet ambitieux. Sa devise : « Je n’avance pas vite, mais je ne recule jamais » laisse présager bien des aventures futures extraordinaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.