Cani-rando Joëlette

Essais de tractage de joëlette par des huskies sur le plateau de Calern. Dépôt de brevet imminent sur la technique de lien entre le baudrier, les chiens et la joëlette 🙂

Merci à Georges pour l’initiative, merci Patricia pour l’attelage, bravo à tous.

Collège Tomi Ungerer de Dettwiller

Baptisé « Collège Tomi-Ungerer » en hommage à l’artiste alsacien mondialement connu, le collège de Dettwiller s’inscrit dans une lignée culturelle qui met les arts graphiques à l’honneur dans la cité. Il accueille en moyenne douze classes.

 Thierry, Joseph et Joëlle

Thierry, Joseph et Joëlle, tous trois membres actifs d’Osons La Différence, intervenus sur deux jours  dans des classes de 5ème et de 4ème, fin du mois d’avril ont rencontré des élèves  attentifs, éveillés, conscients, curieux, ouverts, authentiques, spontanés, et volontaires pour essayer la joelette et enthousiastes suite au film HandiCap en terres népalaises visionné à cette occasion mais surtout à l’idée de découvrir et pourquoi pas participer lors d’une prochainement manifestation d’OLD 

Intervenir permit d’échanger sur une diversité de sujets évoqués dont la discrimination et l’exclusion, tout en se sentant libre d’exprimer sa singularité personnelle. 

Ces échanges ont plu et porté à réflexion en permettant le lien entre chacun face aux différences sans diviser ou séparer mais réunir et unir dans une transmission de belles valeurs.
Ce qui nous rapproche, lie et nous relie, et témoigne de l’esprit solidaire et respectueux, bienveillant et créatif circulant entre nous tous et en tout un chacun. 
Reconnaître nos différences et les tolérer afin de nous familiariser avec le monde tel qu’il se présente alors, et distinguer des tremplins là où auparavant se dressaient des obstacles, des barrières et de nombreuses limites, c’est entrevoir des passerelles et oser innover en dénichant mille solutions d’inclusion pour nous autoriser de mieux et bien vivre ensemble à travers nos différences véritable richesse inestimable .

10 km prom’classic

Photos : https://photos.app.goo.gl/789g9Nh2G4iatcaz6

L’équipe de choc !

La course de 10 km prom’classic c’est la distance idéale qui peut convenir à tous : sportifs confirmés ou coureurs amateurs, chacun peut se lancer ! Dès 16 ans, la course vous est ouverte. Le parcours, sous le soleil, un aller-retour sur la Promenade des Anglais, est plat et rapide (parfait pour les acharnés du chrono) mais aussi tellement beau avec une vue imprenable sur la Baie des Anges (parfait pour les amateurs de beaux paysages, les filles en maillot n’étaient pas encore sur les galets).

On se contentait des fuseaux colorés de la course ! Cette année nous étions 6395 au départ répartis en 6 vagues entre 9h00 et 9h30. David, avec son fauteuil de tennis (TCM la Chesnaie-Grasse) n’a mis que 50 minutes, Fred dans l’hippocampe, a mis plus d’une heure 10 minutes.

Maria accompagnait David, alors que Gérard, Aude, Nathalie et Emmanuel alourdissaient Fred, avec des polaires, pulls, kways et autres vêtements enlevés tout au long de la course.

Les pros quant à eux atteignaient péniblement les chronos suivants :

1 00:28:42 MONTOYA RAPHAEL

2 00:29:51 EZZOUHTI ABDELKARIM

3 00:29:51 ALQUIER BENJAMIN…

Tout au long de la course, les encouragements et des musiciens donnaient rythme et courage. A l’arrivée, l’émotion pouvait se voir sur les visages, l’exploit réussi et l’envie d’y revenir. Cette année, la prom’classic s’est déroulée un 3 avril au lieu du premier dimanche de chaque nouvelle année. Bientôt, nous souhaitons donc tous nous retrouver pour l’édition 2023,  » Montoya seras tu là ? « 

Géol’ette: Géologie et Joëlette à Calern

Toutes les photos: https://photos.app.goo.gl/gd96XL6MffDW9Ss96

Ce samedi 30 avril 2022, nous étions réunis sur le plateau de calern avec notre géologue adoré, Patrice Tordjman.

Les nombreux arrêts sur le parcours furent l’occasion d’exposer et d’expliquer notre environnement proche, les mouvements tectoniques, les prouesses des hommes pour collecter l’eau, … La randonnée a vu son parcours se modifier avec les orages menaçants. Le sommet de Calern, 1458m, s’est transformé en une belle prouesse et une toute nouvelle expérience, faire rentrer une joëllette à l’intérieur de la grotte-chapelle de notre dame de Calern.

Pour certains, nous étions bien plus haut que le sommet attendu.

Beaucoup d’émotions que de se retrouver dans ce lieu après une montée quelque peu délicate vers notre dame. Cette sainte Vierge est là, mais sans enfant dans les bras, et pour cause elle est enceinte et JC n’est pas encore né. Peu après, JP voulu nous montrer la technique népalaise pour gravir une belle paroi.

La journée Géolette se terminait par un passage par l’Observatoire Astronomique du plateau de Calern et une pause à l’auberge de Caussols. La rencontre avec Patrice, constituait à nouveau le point de départ de nouveaux projets audacieux, de spéléologie et de géologie.

En conclusion, citons « L’histoire géologique nous montre que la vie n’est qu’un court épisode entre deux éternités de mort, et que, dans cet épisode même, la pensée consciente n’a duré et ne durera qu’un moment. » Henri Poincaré, la valeur de la science, 1905.

Randonnée au Château du Guirbaden et sentier des demoiselles

Dimanche 10 avril nous sommes partis de la gare de Mollkirch avec Brigitte sur la joëlette en direction du château du Guirbaden ou nous avons pique-niquer.

Tout le monde était motivé pour allonger la rando par le sentier des demoiselles de pierre (une invitation à la découverte des Elfes, du monde imaginaire de la forêt et du mystère des pierres levées).

Brigitte dans la joëlette

Toutes les photos sont là !

3éme ATELIER TACTILE en vue de préparer notre séjour en TOSCANE : L’art de voir autrement !

Je me suis inscrit pour accompagner des personnes malvoyantes ou non voyantes au séjour en Toscane prévu prochainement. Nous allons découvrir ensemble des œuvres d’art ou des monuments italiens du côté de Florence, Pise et Vinci.

Rendez-vous était donné samedi 26 mars 2022 au musée Henri Matisse à Nice afin de participer à un atelier tactile. Étaient présentes, Sophie non voyante et Ghania malvoyante accompagnées et entourées de notre groupe d’accompagnateurs et notre futur réalisateur du film qui retracera cette aventure inédite.

Je prends alors conscience au fil de ces 3 ateliers que mes mains sont alors mes yeux,

Des yeux qui ne peuvent voir la lumière et les couleurs mais qui ressentent des formes, de l’agressivité ou de la douceur au toucher de ces objets.

Ces objets sont des bustes de femmes, jeunes et moins jeunes, réalisés par Matisse, dénommées “les jeannettes”.

Mes mains ont réussi à deviner une bouche et l’emplacement des yeux sur ces modèles.

Fin de l’expérience, je peux retirer de mes yeux ce bandeau et retrouver le monde tel que je le perçois chaque jour.

Cela restera pour moi une épreuve dans laquelle j’ai dû mettre en éveil d’autres sens étant privé de la vue .

J’ai aussi pris conscience de ce que peuvent ressentir des personnes en handicap visuel.

Ceci me permettra sans doute d’accomplir mon rôle d’accompagnateur en Italie de façon plus appropriée compte tenu de la spécificité de cet handicap.

Je suis impatient de vivre cette nouvelle aventure… 

Herve

Soirée retrouvailles en Alsace

Magnifique soirée conviviale et chaleureuse !
Cette première réunion de l’année aura non seulement permis d’étoffer notre agenda en programmant des sorties et en échangeant sur d’autres projets à venir, mais elle nous aura aussi essentiellement permis de nous retrouver, de faire plus ample connaissance pour certains, ce qui resserre un peu plus nos liens.
Pensées sincères pour celles et ceux qui n’ont pas pu nous rejoindre pour diverses raisons ; nous les rassurons puisque d’autres réunions ou retrouvailles suivront prochainement.

Projection Handicap en terres népalaises

Le vendredi 25 mars, Pascale et Joseph Gross nous ont fait le plaisir de présenter le film d’Olivier Marchal « Handicap en terres népalaises » relatant le séjour au Népal de 2018 avec Osons La Différence.

Merci aux habitants de Saint Jean Saverne et de plus loin d’être venus nous rencontrer à cette occasion.

Joseph et Pascale présentent le film

Un grand merci à la maire de Saint Jean Saverne pour nous avoir mis à disposition la salle et aux amis de la bibliothèque de Saint Jean d’avoir tenu la buvette dont les bénéfices ont été reversés à Osons La Différence.

Rencontre au au sommet

Photos : https://photos.app.goo.gl/m8ZLZ9SB6g15fz9w6

« RENCONTRE au sommet » tel pourrait être le titre de la nouvelle que je vais vous raconter ici.

Nous trois, David, Pierre-Henri et Fred, partions de Grasse le vendredi 4 mars en début d’après-midi. David voulait absolument faire un stop dans l’appartement d’Alexandra David Nell à Digne. En chemin, nous avons croisé Patriiiiiiick, il faisait du stop, PH s’arrête, baisse la vitre et lui dit « Alors regarde » comme notre voiture est pleine, «  On trace »…

Ensuite, nous avons fait un petit détour de près de 200 millions d’années  en arrière au hameau « Nites », juste après Digne. Le soir, soirée Pyjama au Mistral, lits superposés, Pastis, bières et baby-foot.

Ensuite, ce vent du sud nous mena à St Jean St Nicolas dans le gîte de l’Ancolie. Nous arrivions au milieu d’un groupe fort accueillant, attablé autour de Patrick, Gérard, Virginie, Thierry, Philippe, Marie et compagnie. Et la coïncidence de fou fût que ce jour-là, était aussi l’anniversaire de Maxwell, 30 ans ! Nous étions venus avec une belle forêt noire, coïncidence quand tu nous tiens.

L’Après-midi, direction Orcières Merlette, la station importante du coin. Le fameux et fumeux fourgon d’Alain allait rapidement nous amuser en fumant abandonnement. Nous étions venus respirer du grand air des montages, à défaut ce fût de l’huile de vidange.

Avec David, casqués et habillés chaudement, nous commencions notre initiation au Dual-Ski. Les pilotes Alain, Gérard, PH l’autre Alain et Jean Jacques allaient se succéder sur les trois jours. Au cours des remontées, certains parlaient de leur ex, d’autres de leur fourgon échoué mais aussi de leurs troupeaux de vaches…

Un équipage se composait ainsi d’un pilote, d’une PMR et d’un accompagnateur qui devait skier derrière nous  pour créer une zone de sécurité par rapport aux skieurs de la piste. Les moments délicats n’étaient pas sur la piste mais au départ et à la fin de celle-ci. Tout était un savant mélange de position sur le télésiège, de poussées, de vitesse et de sensibilité de la remontée…

Un grand merci à tous ces bénévoles qui prenaient autant de plaisir que nous, A Orcières, l’office du tourisme nous gardait toujours un café prêt, il suffisait de le demander tout simplement.

Avec David, nous retrouvions des sensations passées et l’air vif sur nos visages faisait du bien. La piste des crêtes fut un moment assez fort quand le vide à gauche nous attirait. Les descentes succédaient aux remontées et bientôt l’appel de nouvelles pistes se faisait entendre « Ancelle, Ancelle, Ancelle… ». je plaisante mais nous y sommes alleés en voiture.

Ancelle, petite station familiale où la neige, bien travaillée, nous faisait glisser avec plaisir. Les trois dernières bosses de la piste nous décollaient de nos fauteuils.

Avant de rentrer sur Grasse, nous terminons notre superbe séjour dans la vallée par le traditionnel repas au bas des pistes.

De grands mercis à toutes et tous et à bientôt, très bientôt.

Projection au collège Gustave Doré (Hochfelden)

Invitée par le collège Gustave Doré à participer au projet proposé par la région Alsace : « à travers ton regard, une autre vision » quatre membres d’Osons la différence ont ainsi vécu une autre aventure humaine dans un débat animé au sein de cet établissement après la projection de notre film : Handicap en terres Népalaises d’Olivier Marchal.

Jean- Marie Thierry et Joseph s’étaient exprimés sur leur vécu au Népal.
À la suite, Joëlle a témoigné de son parcours ainsi du passage de personne valide à celle touchée d’un handicap : des expériences qui poussent à changer notre regard par cette recherche d’acceptation puis d’adaptation constante.

Témoignages forts et fructueux échanges porteurs de joie et d’espoir puisque dans ces différents périples, il était question de progression où plutôt d’ascension : chose que nous souhaitions sur le chemin de vie aux élèves présents

Notre objectif n’est pas de convaincre l’autre des richesses que représente la diversité d’un groupe, ni de changer son regard, mais plutôt de donner à réfléchir en suggérant de vérifier par lui même et ainsi pouvoir élargir cet horizon devant lui en goûtant et savourant la vie.

Lire plus