Balade musique des plantes et découverte archéologique

Photos : https://photos.app.goo.gl/frmU827hKXQCA2Zh7

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=fj_t4sin0QQ&fbclid=IwAR00-1GHXNeafFyjVpKqDqevaXXe-DogGJwz348qe9E5Me-kApoTymQHnPA

Le Dimanche 18 octobre 2020, Osons la différence a organisé une sortie un peu spéciale autour de découvertes archéologiques et de l’intelligence des plantes.

Pour ce faire, nous avons contacté Jean-Luc Manneveau, guide de pays, qui nous donna rendez vous dans la forêt de Saint Vallier de Thiey.

Le rendez vous était fixé à 10h sur le parking près de l’école du collet de Gasc. Pour nous accompagner durant cette balade, Jean-Luc était accompagné de Dominique Forni, musicien pluridisciplinaire, qui avait amené sa harpe celtique.

Pour l’occasion, Osons la différence avait réuni une vingtaine de personnes autour de deux joëlettes. Les passagers conviés étaient Dominique Véran et Frédéric Cotton.

Une fois les joëlettes montées et les passagers installés, nous avons pu commencé notre balade, Jean-Luc et Dominique nous invitèrent à découvrir la forêt de saint Vallier et nos amis les arbres. Nous allions tous ensemble de bon pas sur les sentiers des bois du Défends, certains marchaient, d’autres accompagnaient les joëlettes tout en suivant Dominique avec sa harpe et Jean Luc avec ses belles histoires.

Après une demie heure de marche nous nous arrêtâmes sous un érable. Jean-Luc sortit sous les yeux ébahis du groupe, son engin… heu… son matos… heu… son… transcodeur ! Il nous expliqua alors son fonctionnement. Une fois l’appareil branché à un végétal (une branche, une feuille, un arbre), il transforme le courant électrique superficiel de la plante via un algorithme et émet un son, une mélodie. Pendant ce temps, Dominique sortit lui aussi son précieux instrument… heu… sa… harpe !

Dominique accompagnait ainsi la mélodie émise, en jouant avec le son de l’érable. L’instant fut incroyable, et irrésistible. Des sons si doux, si mélodieux, ne pouvaient que nous attendrir.

A la pause de midi, nous fîmes une pause pour déjeuner. Tout le monde s’est assis autour du dolmen de la Verdoline au milieu des roches et des avens. Il y avait aussi des genévriers, des chênes et un beau soleil d’octobre. Il y avait tout pour passer un agréable moment sauf… Dominique et François Xavier !

En effet, on les avait perdu en route. Pascal, une bière à la main les appela sans succès et cria d’un air héroïque :  » Je vais les chercher !  »

Au bout d’un certain temps, après le pique nique, les sons mélodieux du Précieux de Dominique vinrent tinter à nos oreilles. Pascal les avait retrouvé !

Apres le pique nique englouti, nous sommes repartis sur les chemins d’un tumulus. Notre deuxième halte fut à l’ombre de chênes vert, les fesses posées dans la mousse.

Les histoires de Jean Luc et les mélodies de Dominique poussèrent Pascal à rêver plus fort que les autres… La preuve en image :

De retour à nos véhicules, nous avons tous remercié chaleureusement nos hôtes pour cette merveilleuse balade et citons Peter Wohlleben :

« D’après le dictionnaire, le langage et la capacité des hommes à s’exprimer et à communiquer entre eux. Nous serions donc les seuls aptes à parler, puisque la notion ainsi définie se limite à notre espèce. Est-ce bien certain ? Pourquoi les arbres ne s’exprimeraient-ils pas ? »

Liens intéressants :

Conférence d’Ernst Zürcher – Les arbres entre visible et invisible

La Conf. E.Z. commence à 3’

Le Chant des Plantes Grand Rex 2015

0:11 • 1ere partie explications jusqu’à 8:48 • Méditation silencieuse • • 14:33 • 2nde partie, fin des explications et paroles des …

Les plantes parlent, écoutons-les.

Le secret des arbres – Envoyé spécial. 26 octobre 2017 (France 2)

Mittelbergheim, le vignoble

Par un bel après-midi d’été, le dimanche 20 septembre, nous avons traversé les vignes de Mittelbergheim pour rejoindre les ruines du château du Spesbourg. Un très beau parcours entre vignes et forêt, agrémenté de dégustation de raisin !

Séjour Colmar-Allos

Arrivée dès le vendredi en fin d’après-midi pour certains, nous avons visité la vielle ville de Colmar-Les-Alpes zigzaguant entre meurtrières et petites ruelles. 

Le lendemain, les renforts du samedi matin nous ont rejoints devant nos bungalows, alors que JPaul et PHenri sont parti à la quête des pique-niques. 

Un joyeux groupe est réuni !

En cette fin Septembre 2020, une vague de froid nous accompagne tout au long du weekend : les voitures sont gelées au réveil. Mais ce n’est pas le froid qui va retenir cette charmante troupe de partir à rencontre  de la vallée de la Chasse, un merveilleux endroit sauvage. 

L’équipe quitte alors le camping où coule le Verdon (en format petite rivière car il prend sa source un peu plus haut dans la vallée, à Allos), sans oublier de passer réserver le resto du soir.  

David, unijambiste, Camille, handi-marchante dans les montées et Marine étions les  3 personnes en situation de handicap. Alors que Camille mixait moments de marches avec ceux dans  la Joëlette, David galopait comme un lapin à 3 pattes (sa jambe + 2 béquilles) et Marine s’exerçait à la joelette en tant qu’accompagnatrice.

Ce fut une randonnée remontant le bord de la  rivière La Chase sous l’œil aiguisé des vautours,  sur une jolie piste forestière suivie d’un petit chemin dans les mélèzes débouchant sur un plateau grandiose ( on a cherché Laura Ingalls)

La pause du midi fut l’occasion d’observer des chamois aux jumelles, et de toucher la neige.

Pour la dernière journée de cette épopée, celle du dimanche : nous partons à la découverte du Lac d’Allos, où 1000 têtes de moutons nous regardent. Enfin c’est plutôt nous qui contemplons ce mouvement de coton plus ou moins blanc, descendre des belles montagnes découpées au couteau vers les couleurs changeantes du lac d’Allos. 

Après avoir laissé passer toute cette laine mouvante encadrée par des petits chiens et guidée par un berger typique ‘à une seule tête’.

Nous pique- niquons face à la vue splendide du lac

Après le café, qui n’aura pas lieu, malgré que Raphaël est bien monté 2 litres d’eau chaude, nous entamons le tour du lac.

Pour le retour,  David ouvre la marche. Suivi de notre charmante et infatigable Aude.

Chaque pas pour David, à la montée comme à la descente est comme une pompe plus ou moins grosse. Bravo le sportif ! 

Pour Camille, qui alterne joelette et marche entre bâtons, c’est moins physique quoique.

Ce joli tour de lac nous prend 1h30 en contemplant des belles marmottes.

Bien entourée! 

Nous voilà sur le chemin du retour, redescente vers la parking en mode course !

Avec la persévérance de Pierre-Henri et celle de Jean-Paul, la présence d’Aude et sa fille Marine, la motivation de Christine, l’assiduité d’Hervé et la gentillesse de Raphaël et sa famille, Corinne et Celia – sans oublier la participation active de Camille et de David : un sacré weekend Osons La Différence a pu se réaliser.

Super ambiance avec de belles rencontres !

Merci Osons la différence.

Les photos: https://photos.app.goo.gl/QJCDsVadS5KcUcSJA

David Collombo (handi-marchant)
Jean-Paul Meulien (accompagnant joelette)
Hervé Teyssier (accompagnant joelette)
Camille Audibert (handi-marchant)
Aude Le Nevez (accompagnant joelette)
Marine Le Nevez (handi-marchant)
Pierre-Henri Paquis (accompagnant joelette)
Christine Paquis (accompagnant joelette)
Raphael Chabrant (accompagnant joelette)
Corinne Chabrant (accompagnant batons)
Celia Chabrant (accompagnant joelette)

Sasbachwalden

Le dimanche 6 septembre, nous avons parcouru le sentier panoramique de Sasbachwalden dans le vignoble allemand.

Le groupe


Un parcours de 10 km varié en terme de paysages (vignes, forêt, rivière, moulin) et agrémenté de pauses « Schnaps » offerts aux marcheurs !
Il y avait du dénivelé et quelques difficultés techniques pour la joëlette à la cascade, avec la chanson du confinement en fond musical pour motiver les troupes.

Michael était plus que ravi d’être sur la joëlette, réveillé depuis 4h30 du matin tellement il était impatient !

Fête des associations Mouans-Sartoux

Le dimanche 13 septembre 2020 la vie associative Mouansoise a décidé de s’exposer. Pour l’occasion Osons la Différence était sur place de 9h à 13h pour y tenir un stand.

Pour ce forum Dominique Véran et Margaux était là pour aller à la rencontre de nouveaux adhérents, pour présenter l’activité de l’association ainsi que la joelette.

Margaux & Dominique Véran

Pour ce faire nous avons donc ramené une joelette que nous avons monté derrière le stand pour faire une démonstration. Sur notre stand se trouvait des t-shirt Osons la Différence à vendre ainsi que des petits nounours en porte-clefs.

Dominique au stand

Evidemment avec la crise sanitaire nous avons porté un masque durant tout l’événement et nous avons respecté les gestes barrière.

Un bel événement que nous avons fini autour d’une petite salade composée.

Mercantour, Merveilles dans la Vallée

Un weekend vraiment exceptionnel pour Osons La Différence en ce début de mois d’aout. Sur proposition du Parc du Mercantour voilà une belle équipe partie sur les sentier de la Vallée des Merveilles.

Rendez-vous a été donné aux participants (enfin les 11 qui sont toujours sur la ligne de départ) au Lac des Mesches, près de Casterino. Difficile de se garer à 10h un samedi matin, mais on y arrive tant bien que mal. On fait la connaissance de Thibaud qui sera notre guide AMM pour le weekend. Une petite délégation d’amis de HCE/Menton qui fêtait un anniversaire dans un refuge du coin fait aussi son entrée, ils seront bien utiles.

Il faut dire que nous partons avec 2 joëlettes, l’infatigable JC est en piste et on a pris une 2nd joëlette pour, soit David, soit FX, mais nous y reviendrons.

Petite montée bien raide pour passer devant le gite Neige et Merveilles qui est installé depuis les années 60 sur le site de la Minière de Vallauria, une ancienne mine de plomb argentifère et de zinc.

On quitte la piste en béton pour remonter le Vallon de la Minière, on laisse le Lac de la Minière sur la droite, les cordes sont sortie depuis le départ et elles serviront encore un moment.

Nous quittons rapidement la piste pour nous lancer sur un petit sentier qui longe la rivière. Quelques pauses animées par Thibaud qui nous explique tantôt les mœurs des fourmis du Mercantour, tantôt qu’il suffit de 4 délicieuses baies de la Daphné du Bois Jolis pour venir à bout de n’importe quel individu normalement constitué !

Le chemin se poursuit et nous remercions encore l’équipe de Menton qui s’est jointe à nous : Guillaume, Sarah, Alain, Enzo, Christiane et Christophe. Profitons-en, ils ne resterons pas toute la journée avec nous malheureusement.

Notre objectif, déjeuner à mi-chemin près d’un petit refuge et d’une belle fontaine d’eau claire et fraiche. Super, c’est encore loin Thibaud ? Non, plus que 20mn et quelques 100aines de mètres 😊

Il faut dire que la progression n’est pas aisée, entre les racines, les rochers, c’est aussi parfois assez raide, il faut bien que l’on sente les 700m de dénivelé du jour.

Quelques heures plus tard, toujours pas de fontaine, il est près de 13h30, il va falloir quand même s’arrêter grignoter un morceau. C’est chose faite, tout le monde se pose dans un petit coin ombragé et déballe les fromages, les salades, les Prosecco (est-ce bien raisonnable ?).

Il faut quand même rapidement mettre fin à la pause bien méritée puisque l’équipe de Menton va bientôt nous quitter, profitons de leurs charmante compagnie, et au passage, de leurs bras 😊 encore un peu.

La fameuse fontaine est enfin atteinte, l’eau est claire et fraiche comme promis, c’est l’occasion de refaire les niveaux et de souffler un instant.

C’est ensuite la large piste que nous remontons… Les équipages joëlette sont moins loquaces, ça souffle et ça transpire dans la montée… On évoque, pour se donner du courage, la fameuse bière pression qui coule à flot au refuge des Merveilles, notre destination du jour.

La montée se passe tant bien que mal quand tout à coup, qui c’est qui fait son apparition ? Claudio, l’aide berger et sa mule Griotte. Thibaud qui les connait bien, les salut et évoque l’idée géniale d’atteler nos joëlettes à la bête de 500kg (je veux parler de Griotte). Aussitôt dit, la corde est passée devant la selle et on tente l’expérience. Alors, là, les amis, quand Griotte est lancée, ça dépote ! Elle n’est pas là pour faire de la figuration, la mule ! Il vaut mieux s’accrocher aux brancards arrières car rien ne l’arrête. La montée pavée est avalée ni une ni deux, c’est un miracle, une bénédiction, merci Claudio, merci Griotte. David, qui monte quand même avec ses béquilles depuis le matin, enfourche la mule, histoire de se reposer un peu les bras et les épaules. Le reste de la montée se fait donc avec Griotte, qui tire tantôt une joëlette, tantôt 2 joëlettes, les reste de l’équipe suivant comme il le peut.

Il est près de 18h quand enfin le Lac Long et le refuge sont en vue, on se promet d’offrir une de ces belles bière à toute l’équipe qui la bien mérité. 12 pintes de bières sont commandées, la moitié tombe sur le chemin vers la table, on en recommande, et par miracle tout le monde est finalement servi. On se félicite d’être arrivé jusque-là. On s’installe dans le dortoir qui nous a été réservé, puis c’est les douches et le repas.

On ne veillera pas bien tard ce soir, enfin le juste le temps de prendre qui une grappa, qui un genépi, pour bien dormir.

La nuit se passe, plus ou moins bien suivant les participants, on aurai entendu quelques ronflements, à vérifier…

Bref, c’est déjà dimanche 7h, il faut se lever et petit-déjeuner, une longue journée nous attends.

8h et des brouettes, Thibaud nous retrouve sur la terrasse du refuge pour nous annoncer la suite des hostilités.

Il s’agit de monter en direction de la Vallée des Merveilles, jusqu’au site de découverte, pour profiter de quelques-unes des gravures rupestres et des explications éclairées et passionnantes de Thibaud.

Nous passons la matinée dans un environnement très minéral, le soleil tape fort, en plus du manque de sommeil et de la fatigue de la veille, la montée se transforme pour certains en chemin de croix. C’est à ce moment que le brancard arrière d’une de nos joëlettes casse, nous décidons de l’abandonner sur place pour la récupérer à notre retour.

Quelques heures sous le soleil blanc et brulant plus tard nous regagnions le refuge pour prendre notre pique-nique et récupérer nos sacs. On ne va pas trainer, il est plus de 13h, la descente s’annonce encore longue. Entretemps, Thibaud a récupéré quelque des ferrailles et a bricolé une réparation de fortune (mais efficace) pour notre brancard, l’engin est presque en état pour la descente.

La troupe se met en marche, tout se passe au mieux mais à mi-chemin, au passage d’un petit pont, un de nos pneus explose ! On tente une réparation à coup de bombes anti crevaison et de bande Elastoplaste, mais la chambre à air a rendu l’âme, impossible de réparer. La joëlette rentrera à vide, en roulant sur le pneu explosé et sur la jante.

C’est enfin vers 17h30 que nous atteignons le parking sous quelques gouttes. Le temps de démonter, de se dire au revoir, et de se féliciter encore une fois pour l’excellent weekend, le sympathique groupe se sépare avec de Merveilleux souvenirs plein la tête.

L’album: https://photos.app.goo.gl/aMgi1tVaVPbJt5jD8

Sortie joëlette entre Westhoffen et Cosswiller

Le groupe devant l'héliodome

La reprise des randonnées en joëlette en Alsace s’est faite le dimanche 5 juillet.
Le soleil était au rendez-vous et les retrouvailles étaient très attendues !
Karine était sur la joëlette pour un parcours partant du Geisweg à Westhoffen.
Une balade en forêt en passant par l’héliodome à Cosswiller, une maison en forme de cadran solaire, où l’accueil fut chaleureux.
Après avoir goûté des fraises des bois et des cerises, la dernière montée avant de rejoindre le parking du Geisweg fut difficile, nous rappelant que la dernière rando datait du mois d’octobre.

L'heliodome (grand angle)

Web Radio : Canal Concorde

Cécilia a participé avec Karine à une émission de radio afin de parler de l’association et de la joëlette.

Vidéo : Présentation d’Osons La Différence par Jean-Marie

Un membre actif de l’association présente Osons La Différence dans cette vidéo.

Présentation de l’association

Cap Roux

Une super rando dans l’Esterel jusqu’au sommet du Cap Roux.

Photos : https://photos.app.goo.gl/sUP86Q5fEYff4oAP8

Lire plus