Les Bois de Gourdon

Nous avons fait le plein de soleil ce dimanche pres de Gourdon.

Toutes les photos: https://photos.app.goo.gl/G1jXicYScHk8j5x87

Petite ballade de 4.2km / D+140m

Les 10 ans de Osons La Difference

Superbe weekend sur les Iles de Lerins pour notre association, musique, ballade, magie, … entoure de plus de 60 adherents.

Toutes les photos: https://photos.app.goo.gl/G1jXicYScHk8j5x87

Soirée Handi Plage

Belle ambiance musicale et gourmande pour notre traditionnelle soirée handi plage

Peut être une image de 2 personnes et aliment
Peut être une image de 2 personnes, personnes debout, plein air et palmiers

Assemblée Générale 2021

Ordre du jour de l’Assemblée Générale de l’association “Osons La Différence
en date du 2 octobre 2021

Association « Osons La Différence »
Domaine du Puisatier
777 Chemin du Plan Sarrain
06370 MOUANS-SARTOUX
FRANCE

Ordre du jour

  • Ouverture
  • Approbation du rapport moral
  • Approbation du rapport financier et approbation des comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020
  • Modification des statuts
  • Vote sur le budget prévisionnel
  • Renouvellement du conseil d’administration
  • Questions diverses

Annexes

Weekend gourmand dans le Mercantour

photos : https://photos.app.goo.gl/PqtiREiVHY3z5Hro6

C’était la 4eme année que Osons La Difference répondait présent à l’appel du Parc national du Mercantour pour rendre les randonnées estivales accessibles à tous. Après le refuge de Longon en 2018, le refuge de Fontanalbe en 2019, le refuge de des Merveilles en 2020, cap sur la Haute Vallée du Var cette année pour une équipe de 20 participants.

Réveil matinal ce samedi 14 aout, direction Châteauneuf d’Entraunes, ce petit village tellement attachant du Val d’Entraunes qui compte quelques dizaines d’habitants à l’année. Les uns arrivant en minibus, les autres dans leurs véhicules, d’un peu partout du département, tout le beau monde est réuni à 10h tapantes, disons 10h20, humm bon allez 10h30, c’est mon dernier mot, sur la placette du village entre la fontaine et le four à pain. Madame le Maire, Jocelyne Baruffa, nous accueille gentiment, et regrette de ne pouvoir se joindre à nous pour la randonnée du jour qui va nous amener dans le vallon de la Barlatte pour mettre en eau le moulin éponyme.

Le groupe est encadré par nos 2 excellents et sympathique guides du jour, Thierry Schwab et Lisa Beillevaire. Nous emmenons 2 joëlettes, une pour Jean-Christophe, le fidèle parmi les fidèles et une qui sera utilisée par intermittence par Corinne. Dans ce groupe nous retrouvons également des adhérentes de l’AVH, Martine, Ghania, Micheline et Gisèle et des accompagnatrices et accompagnateurs du weekend.

Départ de l’équipe pour une descente raide et technique par le chemin muletier qui plonge dans le vallon ombragé, la remontée s’annonce intéressante, bien qu’il ait été évoqué de faire appel cet après-midi à l’âne de Samuel le fromager du village, on verra bien.

Montées puis descentes à travers les impressionnants paysages de moires, ponctués de passages en corniche, « Serrez bien la gauche ! ».

2h30 plus tard nous arrivons au moulin de la Barlatte. Pendant que certains attaquent le piquenique tout de go, d’autres partent quelques dizaines de mètres plus loin en direction du torrent pour tester la température de l’eau. Une température très raisonnable, qui permet de tremper les pieds, les jambes et sans trop hurler, le reste du corps. Le fond de la rivière est par endroit fait de marnes noires boueuses, voilà qui va occuper la troupe un bon moment, entre maquillages tribaux sur le visage et le corps, massages argilo-calcaires et lancé de boules de boue (debout ou assis d’ailleurs) de marnes sur les petits collègues.

La baignade terminée, il est temps de rejoindre le groupe pour le piquenique.

Pendant que Thierry fait visiter le moulin et explique comment on s’y prend pour le faire fonctionner et moudre du grain, d’autres paressent ou discutent dans la clairière.

Il est 15h30 lorsqu’il est décidé de plier bagage et d’attaquer la remontée redoutée. C’est justement l’heure à laquelle nous rejoignent Nathalie et Roger, content de vous voir.

Les cordes installées sur les joëlettes, nous remontons du vallon, le sentier est roulant, parfois assez raide. On évoque à nouveau la possibilité de faire appel à l’âne de Samuel mais où nous sommes les portables captent mal, nous lançons malgré tout quelques SMS SOS-Ane à son propriétaire.

Re-passage par les corniches de marnes, « Serrez bien la droite cette fois !». Remontée à travers la forêt et oh ! Surprise ! Voilà l’âne qui pointe le bout de ses oreilles accompagné par Samuel. On harnache la gentille bête à une joëlette et en avant, on se laisse tirer à travers les champs. Léonne n’est pas très motivée aujourd’hui, mais on se laisse quand même tirer jusqu’à la ferme de Marie et Samuel.

Alors là, on peut dire que c’est un Accueil avec un grand A. Pendant que Marie nous amène un bidon d’eau fraiche, Samuel installe les fromages de brebis pour la dégustation et ses parents, en visite de Suisse, commencent à entonner des Jodles, les fameux chants helvétiques. Quel bonheur !

Il est bientôt temps de quitter Châteauneuf d’Entraunes pour rejoindre le gite de Beuil. Sans oublier de récupérer l’agneau entier qui a été commandé à Vincent (06.03.45.40.71 pour passer commande), un éleveur amateur qui vit dans la haute Vallée du Var, du côté de Guillaume.

Arrivée au gite, certains s’installent, parlementent, négocient les couchettes, pendant que d’autres allument le barbecue et découpent l’agneau qui finalement n’est pas vraiment prédécoupé en format grillades. Un grand merci à Misagh et Ramin qui s’occupent avec brio de griller la viande.

On se régale autour de la table, un kir et des bières sont offertes, l’agneau et les accompagnements sont servis, de quoi retaper l’équipe de randonneurs. La soirée s’écoule et la nuit s’installe tranquillement.

Le dimanche matin, on a décidé de prendre un peu de temps, le départ n’est prévu que pour 9h30. Aujourd’hui, Thierry sera épaulé par son comparse Cédric Robion.

Cap sur le Rucher aux Marmottes de Pascal Thiery (https://www.facebook.com/LeRucherAuxMarmottes). Un passionnant exposé sur la vie et le travail des abeilles, les différents miels, … suivi d’une dégustation des miels produit à la miellerie, miel de ronces, de lavande, de thym, de montagne, bonbons, nougats, on se régale et on se dit qu’on reviendra ce soir pour dévaliser le magasin.

Après le rucher, c’est balade parmi les marmottes à Cumba Clava, la combe enclavée.

Puis de fil en aiguille, piquenique sous les mélèzes.

Le groupe est un peu au ralenti aujourd’hui, est-ce la balade de la veille, la nuit peu reposante, … Bref on reprend le chemin en direction du gite et la balade se termine aux alentours de 15h30.

Il faut regrouper les affaires, prendre un dernier verre ensemble, et se quitter, le cœur serré d’avoir passé un weekend si riche en si bonne compagnie.

Mais ce n’est qu’un au revoir, on se retrouvera très vite pour d’autres aventures avec Osons La Difference.

Remerciements

Nous tenons à remercier chaleureusement :

Nos Accompagnateurs en Montagne du weekend : Thierry Schwab, Lisa beillevaire et Cédric Robion.
Madame Jocelyne Baruffa, maire de Châteauneuf d’Entraunes.
Marie et Samuel de la Ferme de la Barlatte.
Vincent Krug, producteur d’agneau.
Zoë Maunier et Alex du Gîte Nature et Montagne https://www.gitenatureetmontagne.com/
Pascal Thiery du Rucher aux Marmottes.
Elena Maselli du Parc National du Mercantour.
Tous les participants du weekend : Jean-Christophe, Roger, Nathalie, Florence, Claire, Béa, Aude, Jean Paul, Therese, Herve, Margaux, Gisèle, Martine, Micheline, Ghania, Misagh, Ramin, Corinne G., Manon, Matthieu, Corinne C., Pascal

Séjour dans la vallée d’Ubaye

14-18, vous connaissez ? Effroyable, terrifiante, mondiale, destructrice, meurtrière… Nous, nous voulons vous parler d’une autre 14-18 celle du 14-18/07/2021. Nos troupes alliées s’étaient rassemblées dans le refuge « chez Jérôme » près de Barcelonnette, nous tenions à vous raconter cette courte période de la vie de Osons la différence.

13 valeureux combattants avaient décidé de vivre cette courte semaine isolés dans la vallée de l’Ubaye.

De Nice, nous arrivaient Bernadette et Corinne, du Capitou, Myriam, Nathalie et Roger. Avec eux la mouginoise Aude et le valbonnais Hervé. Le gros des troupes était issu quant à lui de Grasse : David, Pierre-Henry, Raphaël, Remy, Teddy, Fred et Margaux.

Notre séjour commença le 14 juillet au pied du col de la Cayolle. Sur la route qui menait au refuge nous décidions de faire un arrêt pour partir à l’assaut du col sous les conseils avisés de Hervé. A bord de leurs joelettes, Corinne et Fred admiraient le joli paysage qui s’offrait à eux. Plus on s’enfonçait dans le bois, plus notre route était semée d’embuches avec de hautes herbes et de nombreuses marches d’escaliers. Bien vite le constat fut unanime : Il y avait plus simple pour débuter une marche avec joëlettes.

Une fois la boucle terminée, nous avons repris les voitures pour aller rejoindre un habitant de Barcelonnette, qui nous conduisit sur un long et périlleux chemin vers le fameux refuge de Jérôme !

Dès le premier soir, les convives se rassemblaient autour d’une belle tablée ou un gratin dauphinois, et des knackis furent engloutis comme il se doit.

Après ce festin de roi, nous avons sorti de nos sacs à dos de nombreux jeux de société pour passer une belle soirée tous ensemble. Pendant cette soirée, on entendait les hurlements du loup garou !

Le lendemain, la compagnie devait parcourir la fameuse boucle de 14 km, le refuge était pendant ce temps gardé par Fred et Margaux qui eurent la visite de jeunes scouts qui résidaient tout près. En fin de journée, l’âtre réchauffa nos baroudeurs bien fatigués, le tiramisu ferait le reste.

Pierre-Henry, Remy et Raphaël l’avait confectionné aux fruits rouges et au café. Tout le monde avait à cœur de faire plaisir à autrui et les initiatives de chacun étaient heureuses.

Le 16 juillet au matin, à peine réveillés, tous savaient déjà que la journée allait être encore plus belle que la précédente, points de vue grandioses, sous-bois ruisselant de fraîcheur et de beauté, pentes acérées, cordes tendues, rien ne leur résistait. Myriam soulageait les corps douloureux de la journée et tous affichaient force et courage. Personne n’était oublié.

Le soir, un dîner aux chandelles nous attendait ! Les festins succédaient aux festins et les repas devant le refuge faisaient plaisir à voir, au menu : Tartare de bœuf (soigneusement préparer par le Chef Roger) accompagné de petits légumes. Les lointaines préoccupations de chacun étaient restées en bas dans la vallée. Parfois, l’appel de Jausiers se faisait entendre et la coopérative locale nous faisait de l’œil. Ce soir encore, les facéties des magiciens de la troupe, Hervé alias Magax et Remy, les régalaient.

Au matin du 17 juillet, une nouvelle rando nous attendait. Nous avons fait une belle petite marche le long d’un ruisseau dans un sous bois. Le lieu était magnifique, frais et reposant. A la fin de notre jolie balade, nous arrivâmes sur un magnifique point de vue qui servait également de piste de décollage pour des parapentes. Nous sommes restés longtemps à les regarder s’envoler dans les airs, ce fût un véritable spectacle.

Avant de rentrer au refuge, nous sommes allés visiter Jausiers pour le plus grand plaisir de Hervé. Des tartes, des saucissons, des confitures et du fromage nous y attendaient, il y en avait pour tous les goûts. Une fois les produits achetés, souvenirs pour les uns ou cadeaux de noël pour les autres, nous remontions au refuge. Ce soir là, David était le chef cuisto ! Au menu Pâtes bolo, fromage, saucissons locaux et fondant au chocolat pour le dessert. Pour profiter de notre dernière soirée Pierre-Henry proposa de faire un jeu de société tous ensemble. Pour changer du loup garou, il proposa de faire un « Bang » pour la plus grande joie de Roger qui comprit vite les règles du jeux.

Le 18 juillet, le réveil fût assez triste, nous savions tous que c’était le jour des aurevoirs. Les uns nettoyaient, balayaient et astiquaient pour laisser le refuge propre et les autres démontèrent et plièrent leur tante. Une fois le travail fini, nous avons chargé les voitures de toutes nos affaires. Les aurevoirs furent assez difficiles pour certains. Heureusement, les bisous et les câlins réchauffèrent les cœurs tristes.

Sur le chemin du retour, un petit groupe (Pierre-henry, Remy, Raphaël, David, Fred et Margaux) se sont arrêtés en route pour faire une dernière marche. La balade fut tranquille et nous amena vers une petite rivière, idéale pour faire un petit plouf et se rafraîchir.

Osons les îles !

Album photos : https://photos.app.goo.gl/1E2ZvG85gLYc9ZKc7

Nous sommes le dimanche 27 juin 2021 au matin, les phénomènes que nous allons vous narrer ici, sont à peine croyables voire même incroyables. La journée débute depuis divers aérodromes du 06, ceux de Nice, de Grasse, de Vence, de Mougins et de Peymeinade…

Les différents avions de tourisme survolaient au même instant, vers 11 heures, le terrible triangle des Bermudas, Antibes-Cannes- Mandelieu, je vous rassure trois points forment bien un triangle… Un curieux phénomène, se produisit alors, comme si l’île de sainte Marguerite les avait attiré et forcé à se crasher sur ses plages…

Des décombres fumants, réussirent à s’extraire Hervé, Florence, Aude, Pascal, Marc, Pierre-Henri, Maria, Misag, Paul, Margaux et Frédéric.

Les pilotes, quant à eux, n’avaient pas survécu et constitueraient bientôt un met de choix pour les terrifiantes bêtes vivantes sur l’île. Nos 11 amis se regroupèrent et commencèrent, à l’aide des débris des avions, trains de queue, fauteuils, bouts d’ailes, à confectionner deux magnifiques joëlettes très légères.

L’île n’était plus habitée, rares étaient encore les bateaux qui y accostaient. Les plages étaient désertes, dans les branches et feuillages des pins maritimes et d’eucalyptus, vivaient quelques parigots à peau blanche. Nous cherchâmes un lieu plus agréable pour nous reposer, quand soudain les remparts d’un fort abandonné se dressèrent devant nous au détour d’un chemin broussailleux.

Pierre-Henri et Pascal se seraient bien vus en ces lieux pour réunir quelques centaines d’amis… La découverte de l’île et ce fort nous réjouissait toutes et tous.. La visite du fort fût forte intéressante, des dortoirs et des réfectoires s’étendaient dans de nombreux bâtiments. Ici, le barbecue brulerait, là, un groupe de musique sonnera…

l’équipe de choc !

Hervé maîtrisait de mieux en mieux le maniement de la joëlette. Les virages serrés devenait son fort, Royal ! Heureusement, au détour d’un vieux bâtiment, nous trouvâmes un passage souterrain qui nous ramènerai sûrement sur la côte.

Décès de Dominique Veran

C’est avec une immense tristesse que le bureau de Osons La Différence vous fait part du décès de notre présidente Dominique Veran.

Visites à l’Athanée de Cannes (https://goo.gl/maps/CN3XuMKFYfCsZZfq7) à partir du lundi 14 juin à 14h30

Recueillement au Crématorium de Cannes la Bocca (https://goo.gl/maps/AsP9EqYFaS27Ep5J6) Mercredi 16 juin à 13h30

Voici un lien internet, où il est possible de laisser un message, des photos souvenirs, et qui donne toutes les explications pour les jours à venir : https://link.inmemori.com/hRNop2

Un album photo est en cours de construction: https://photos.app.goo.gl/92ytxhDBdXTjxfKHA

Nice Matin / Mercredi 16 juin 2021

Sainte Agnes Enfin !

Une montée ombragée

Voila quelques mois, voir quelques années que nous devions faire cette balade, préparée par notre ami Guillaume de HCE, sur les hauteur de Menton. Et enfin, après un nième déconfinement voila un joli groupe de 25 et des poussières sur les chemins arides, oui, il faut quand même le dire, mais splendides autour du village perché de Sainte Agnes.

Les photos et vidéos: https://photos.app.goo.gl/hUQBY1A4gQaZDhKn6

Chapelle St Antoine sur la commune d’Utelle

Fred nous a emprunté une joëlette pour emmener une personne âgée jusqu’à la Chapelle St Antoine sur la commune d’Utelle

Lire plus