Récit : Tour du Mont Blanc

Après quelques heures de routes dans une météo mouvementée, nous voilà réunis aux Contamines-Montjoie pour faire connaissance et démarrer enfin ce tour du Mont Blanc que Cecilia et Samuel préparent depuis plus d’un an.

Cécile, notre accompagnatrice vient nous rejoindre et chacun se présente Cécilia, Valérie, Samuel et Nicolas viennent d’Alsace, Valérie étant non-voyante. Céline nous rejoint du Béarn, elle est malentendante et a quelques troubles de l’équilibre. Helen, Gaëlle, Audrey, Anaïs, Hervé, Sébastien, Pierre-Henri ainsi que moi venons des Alpes Maritimes. Hervé est contraint de rouler depuis quelques années, mais il avait pour projet de faire le Mont Blanc lorsqu’il marchait. Ce projet vient de lui, et puisqu’il voulait faire le Mont Blanc, nous allons tourner autour avec une joëlette en compagnie de Valérie et de Céline.

Nous voilà partis, les trombes d’eau des derniers jours s’apaisent et le soleil nous accompagne bientôt. C’est un chemin forestier bien agréable qui nous emmène progressivement vers les chalets du Truc posés au pied des dômes de Miages. Les glaciers qui surplombent l’alpage nous émerveillent et nous décrivons ce qui nous entoure à Valérie.
En fin d’après-midi, nous voyons passer les premiers concurrents de la course du tour des ducs de Savoie, ils passeront toute la nuit et nous attendrons le passage des derniers aux environs de 10h … le lendemain matin !

Le lendemain, nous contournons le mont Vorassay pour aller camper aux environs de Bionnassay ou nous séjournerons sous le dôme du Goûter en vue directe du nouveau refuge. La nuit est claire, et après une raclette au feu de bois, nous délaissons le « confort » du tepee pour une nuit à la belle étoile. Valérie voudrait en effet profiter de cette nuit pour enfin voir une étoile grâce à sa loupe. Les étoiles filantes zèbrent le ciel, mais elles sont trop fugitives pour elle.
Nous suivons la progression des groupes qui montent vers le refuge à la lumière de leur frontale. Bien installée au chaud dans son duvet, Valérie parviendra à voir les étoiles, hélas nous nous sommes tous endormis à ce moment-là, et elle n’a pu partager sa joie avec personne sur le moment.
Dans la nuit, les lumières du refuge du Goûter se voilent et bientôt la rosée se change en véritable grain …. Nous nous activons pour monter le deuxième tepee en pleine nuit et mettre le groupe à l’abris.

Heureusement le matin, le soleil brille à nouveau et nous partons pour une longue remontée vers le Prarion juste face au Mont Blanc avec un petit coucou au passage au petit train à crémaillère qui monte jusqu’au Nid d’Aigle. Hélas, en montant le ciel s’est couvert, le brouillard nous masque le sommet et peu après notre arrivée à l’hôtel du Prarion la pluie se met à tomber de plus en plus fort. Ca ne fait rien, nous n’avons pas dit notre dernier mot. En attendant nous descendons à quelques-uns encourager les concurrents de l’ultra-trail du Mont Blanc qui passent au col de Voza sous une pluie battante ! Quel courage !! Quelle folie !!!

Le lendemain matin, il ne pleut plus, tout est baigné dans une ouate épaisse et nous repartons dans une ambiance feutrée. Le brouillard se lève pourtant dès la fin de la matinée et Cécile nous trouve à nouveau un emplacement de rêve face au dôme du Goûter. Nous découvrons un tout petit bout du Mont Blanc qui pointe au loin derrière. Ce soir nous serons aux Houches. Pour notre avant-dernière soirée, une partie de dés acharnée s’achève sur la victoire d’Anaïs après moult rebondissements.

Notre dernière étape nous mène sous un beau ciel bleu aux chalets de Chailloux où enfin nous pouvons contempler le Mont Blanc. Nous y resterons jusqu’à ce que les nuages se reforment en fin d’après-midi et nous le masquent à nouveau.
Nous ferons le bilan de cette petite semaine autour d’un repas partagé avec nos accompagnatrices, Cécile et Valérie, directrice de l’association « En Passant par la Montagne » (EPPM). Nos attentes ont été comblées, l’espoir, la confiance, et un petit peu de poudre de fée ont fait miracle sur les conditions climatiques. Nous avons commencé ce séjour à petits pas, nous le finissons riche de nouveaux amis. Nous nous quittons après cette petite semaine dans une bulle bleue en ayant l’impression que nous devrions prolonger cette affaire. Nous n’allons pas remettre aux calendes grecques la suite de ce projet.

Un grand merci à Cécile et Valerie de EPPM pour l’organisation de cette randonnée : les parcours étaient parfaits, l’itinéraire nous a permis de découvrir le sommet petit à petit en passant par des sites magnifiques. Votre assistance était sans faille, jusqu’à la météo qui, réglée comme du papier à musique nous épargnait jusqu’à ce que l’on soit à l’abris : trop fort EPPM !!

Un autre grand merci à Cécilia et Samuel pour le montage du projet, vous avez largement contribué à sa réussite. Merci Hervé, Valérie et Céline pour votre patience avec nous. Merci Sébastien, le petit oiseau et le petit poisson sonnent toujours dans ma tête. Merci Nicolas pour tes blagues, merci Audrey, Gaëlle, Helen, Anaïs et Pierre-Henri pour votre prévenance et votre gentillesse. Enfin, un grand merci à Dominique, présidente de « Osons la Différence » qui a été à l’origine du projet et a suivi son montage, ainsi qu’à Denis, trésorier de l’association. Nous remercions également nos sponsors sans qui ce projet n’aurait pu se réaliser : le Conseil Général des Alpes Maritimes, Orange Passion et Azur Orthopédie.

En passant par la Montagne, nous avons « osé la différence », et nous en sommes revenus bien plus riches qu’en arrivant. Nous gardons désormais en tête les sourires d’Hervé face aux montagnes, le pas plus assuré de Céline en fin de semaine et les larmes de joie de Valérie mêlées à ces éclats de rire si authentiques.

Les photos sont là !

(1 commentaire)

    • dominique.veran on 5 septembre 2014 at 20 h 38 min
    • Répondre

    BRAVO à tous pour tous vos sourires, joie et partage en toute simplicité !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.